• Mais l'O dit...

    Tu es vraiment fou ! C’est beau ce que tu fais. Comment veux-tu que je sois insensible devant ta folie délicieuse. Hummm Sens la pulpe de mes doigts agiles courir sur ton pipeau qui est loin d'être du pipo. Je prends cette peau si douce

    Mais l'O dit...

    pour dégager l'instrument de sa protection, le dégager de toute entrave pour en jouer à ma guise. Sens se poser mes lèvres dures et fermes sur le tuyau, cet orgue de basalte cet orgue de non-barbarie mais de vit qui vie. J’aspire à te sentir si dur de désirs

    Mais l'O dit...

    Chuttttttttttttt écoute le silence de l’Amour ! Ce moment où les oiseaux se taisent annonçant l’orage de la passion. Sens mes lèvres glisser et remonter seule manière de bien savoir jouer de cet instrument pour en tirer les doux gémissements d'un être qui veut le faire jouir. Je caresse de ma main experte sa caisse de résonance,

    Mais l'O dit...

    ces deux petites boules qui affolent. Je les malaxe tendrement, les roule en ma main, presse délicatement pendant que mes lèvres sucent doucement car ce n'est que le prélude. Je l'engloutis puis le ressors. De petits gémissements montent crescendo dans le silence de la chambre d'écho. Je te pousse sur le lit pour que tu sois détendu serein dans l’attente de cette violence que seront nos doux orgasmes. Je suis nue offre à tes lèvres le coquillage dans un opus 69 , prélude à l'après-midi d'un fauve que j'adore ; sentir ce côté animal contrastant avec le côté féminin, le côté amour de l'homme.

    Mais l'O dit...

    Ta langue m'écarquille. Je te serre en ma bouche du haut toi voulant la bouche du bas où dans les deux se trouvent une langue, langue assoiffée d’amour trop longtemps sevrée. Je m'ouvre de désirs, tressaille, coule sur ta langue, ballet de l'eau, paiera de mon Amour pour TOI.

    Je prends de ma main droite le pied de ta hampe et coulisse le trombone énorme, ressorti, grandiose symphonie de tes sens en émoi en moi,

    Mais l'O dit...

    les rejoignant pour être à l’unisson de nos fréquences amoureuses. Mes seins, balles d'amour pour toi, tu les caresses savamment. Je me fais aller et venir sur ta langue pendant que je souffle mon haleine chaude sur ce pipeau d'amour en en tirant des sons de plus en plus langoureux. Nos tressaillements mutuels sont des points d'orgue avant d'être orgue… asme. J’aime t'appartenir parce que je le veux. Ma langue caresse, ton méat coule pas encore, mais cela je le sens se gorger de sa perle.

    Mais l'O dit...

    Je presse et je sens venir une goutte de délice, soyeuse et douce qui coulera sur ma langue. J’accélère, je te veux. Je veux te goûter, Amour. Tu es énorme, je te tire de plus en plus fort, t’aspire de plus en plus. Tu caresses ma glotte en ma grotte. Ta langue s'enfonce pour se perdre. Tu as capté le bourgeon, tu le pinces, le malaxes, je me sens venir délicieusement un ohhhhhhhhhh s'échappe le long de ta hampe, ma bouche gourmande ne pouvant émettre plus, oh jouissance première de mon clito pour toi…

    Je te sens tendu prêt à jouir alors je t'enfonce au plus profond de ma gorge, salive, bloque ma respiration,

    Mais l'O dit...

    tu es en moi, à moi et je te serre, desserre, dessert, et dans un râle rauque de basson ton Amour gicle, chaud en ma gorge, tu jouisssssssssssssssssssssssssss… Je récolte le fruit de ton Amour, je déguste ce moment de Bonheur. Tu es énorme encore, tellement c'est violent nous deux.

    Mais l'O dit...

    Tu t'empresses de me mettre trois doigts, tu joues en moi et dans un souffle tu m'arraches une jouissance plus profonde je jouis heureuseeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee

    Que je t’aime Chris ! Je veux que tu sois un homme heureux.

    Jouir est le dessert de la vie, de notre vie ! J'aime écrire et quand je suis bien c'est aussi ma jouissance POUR TOI. NOUS DEUX, TOI ET MOI, vivons du réel en NOS mots.

    Avec Toi qui est dessert, il me reste aussi tout un repas de belles autres choses qui conduisent au dessert et je veux que ta flamme pleure de Bonheur en te sentant entier en moi.

    Il ne me reste qu'à m'offrir À TOI, pour ton dessert, alors jouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiisssssssssssss fort Amour je suis à TOI QU'À TOI !

    JE T'AIME j'adore ce que nous vivons. Tu aimes mes musiques, je suis ta muse… hic… Ivre d'Amourrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr, je veux en jouir et en jouir, toujours me réjouir !

    Et tu m'as susurré:

     

    « Histoire d'OPour toi Ma Coccinelle »
  • Commentaires

    1
    Mercredi 27 Novembre 2013 à 10:12
    superbe clichés excitant toutes ces bouches
    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Vous devez être connecté pour commenter