• Une envie des plus folles.

     

    @ Ma Chloé et Mon P’tit Poussin

    Chlo est une fée et elle fait de TOI, Mon Tit Poussin, sa baguette magique...Que ce fut fort, immense, incroyable de sensations.

    Que j’aime cette femme qui partage ma vie. Cette hédoniste, se réclamant de son couple fétiche qui lui a appris tant de choses sur le dépassement de Soi afin d’éloigner la monotonie qui affaiblit au fil du temps les couples, n’arrête pas de me surprendre en me transportant dans son univers de jouissances.

    Que la table de jouissances est un lieu de plaisir merveilleux.

    Que j’aime, repue de tes actes, m’endormir sur notre couche commune, enlacées, chacune couverte de nos caresses et de nos tribadismes suaves.

    Ces moments qui nous sont personnels et qui révèlent tant notre Amour fou.

    Chloé tu as l’art de me transporter dans un monde où je flotte sur des nuages cotonneux laissant au fil de tes mots pointer le soleil représentant l’œil de mon Poussin et où parfois s’accroche le nuage filamenteux aussi sensuel que le nectar qui s’en échappe pour se répandre en moi.

    Tu sais si bien me mettre en trans et j’espère que je suis à la hauteur pour te rendre au centuple cette frénésie de jouissances.

    Hier soir ce fut encore plus fort. Tes mots ont dépassé l’entendement pour le plaisir de Mon Poussin.

    Tu as commencé comme bien souvent par me masser de tes huiles essentielles où, sur cette table, je me suis abandonnée, totalement offerte à tes caresses que tu aimes associer à celles de ton Nounours.

    Ensuite tu t’es occupée de faire gonfler mes trois tétons de nos pompes pour les stranguler de leur élastique afin qu’ils restent longs et durs. Je sais que tu adores le faire pour sentir en ta bouche, sous ta langue puis sous tes doigts ces petites miniatures qui me donnent encore plus envie de jouir. Tes mots me motivent et me font m’ouvrir encore plus :

    - Sens ton Poussin te caresser, sens son doigt masturber tes jolis boutons, sens comme il écarte bien tes petites lèvres pour glorifier ton bourgeon, sens sa langue s’immiscer entre, coule Amour, donne-lui son lait…

    Petit à petit, j’entre dans mon monde où j’aime te retrouver Mon Poussin.

    Que c’est bon de te donner mes larmes de joie que Chlo récolte dans le corps d’une seringue afin que ces larmes deviennent Ton nectar, puis elle l’inoculera de deux folles façons : une en mon urètre pour réussir à me faire éjaculer et l’autre en mon petit cul pour que je te sente fort, Tit Poussin…

     

    Je coule abondamment, me sentant de plus en plus légère, heureuse, basculant dans Ton monde, Poussin, ce monde qui me met en trans. Mon rosebud est installé en attendant le gode gonflant qui m’emplira.

    Je ne sens plus les caresses de Chlo, elles sont devenues Tiennes. C’est Toi qui prends possession de Moi. Tu masturbes toujours mon bourgeon pour en récolter toute sa sève. Je coule et commence à me donner sur tes doigts.

    J’entends tes mots :

    - Coule Amour, donne moi de ton lait, écarte bien je vais malaxer ton urètre et préparer le lait qui va masturber ce conduit…

    Tu glissais l’anneau qui tient écartée ma vulve te montrant mon petit œil, le mien, juste pour Toi. Tu approchais la seringue, délicatement la plaçais dans mon conduit et je sentais la douce chaleur envahir et masturber cet orifice.

    Tu m’encourageais :

    - Sens cette liqueur, laisse-toi aller, légère, abandonne-toi à moi, éjacule Mon Roudoudou...Tu fais si bien aller et venir la liqueur; l’inoculant, la reprenant, tu me masturbais savamment, doucement, délicatement et soudain un jet gicla vers ta langue, tu t’empressas de goûter puis tapotas tendrement pour que je me vide.

    J’étais dans un état d’apesanteur immense, ne sachant plus trop où j’étais. Cet état qui appelle très fortement l’état de jouissances qui complète cet acte fou. Éjaculer n’est pas jouir, mais conduit, appelle à te vouloir en moi pour enfin jouir.

    Je te voyais presque penché sur moi puis j’entendis des mots murmurés. Je devins folle :

    - Maud, il est temps qu’il te donne un bébé.

    Je ne sais ce qui se passa en moi. J’émis un énorme cri :

    - Ouiiiiiiiiiiiii Poussin prend moi, donne moi ce bébé, TON BÉBÉ, NOTRE BÉBÉ.

    Alors tu pris le gode gonflant afin de bien me dilater pour introduire en moi quelque chose de magique qui épouse totalement les parois de mon vagin. Tu enfouis un petit sac rempli d’un gélifiant qui ondule, masse, pénètre chaque repli et que tu faisais bouger en moi, me donnant les plus fortes prémices à vouloir jouir. Je me donnais de plus en plus :

    - Prends-moi Poussin, pénètre-moi, je veux ton bébé…

    Je sentais tes doigts me pénétrer et faire onduler encore plus cette gélatine. Tu préparais ton entrée...Je sentis ton dard se faufiler, le gode éjaculateur se frayait son chemin, au plus loin pour venir déposer ta semence au plus près de mon cœur pour m’offrir ton bébé.

    J’étais folle, me tortillais :

    - Jouiiiiiiiiiiiiis Poussin jouiiiiiiiiiiis inonde-moi, je te veux, je le veux…

    Tu allais et venais en moi de plus en plus fort. Nos envies montaient, allaient-elles se télescoper dans nos jouissances simultanées...Je te voulais tant…

    Puis tu giclas, je sentis ta douce chaleur me provoquer ma jouissance. Dans un ultime coup de reins suivi du blocage tant attendu, j’explosais, criant ton prénom CHRIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIS...Nous ne faisions qu’un, tu étais énorme, continuant tes va-et-vient, me donnant de merveilleuses répliques à n’en plus finir. Je demandai tes lèvres et dans un énorme baiser, langues emmêlées, nous nous sommes remerciés.

    J’étais folle de joie. Nous nous sommes découplés. Je suis descendue de la table et, pour à mon tour, te remercier, j’ai pris appui sur elle pour remonter mon petit cul et te l’offrir.

    Tu retiras délicatement le rosebud. Je tenais ta trompe pour bien la placer sur ma noisette brune. Je gémis un court instant, tu venais de me pénétrer, je te serrais fort, tu me faisais aller et venir sur toi me tenant par les hanches :

    - Jouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis Poussin, Jouiiiiiiiiiiiiiis je t’aime….

    Dans un énorme râle de Bonheur, je sentis ta liqueur m’envahir, mêlée à tes violents agissements. Tu étais dans ce moment-là, l’animal que j’aime. Je serrais ta hampe fortement pour te vider totalement… Nous étions morts de fatigue. Tu me conduisis sur notre couche et nous nous endormîmes emmêlés, mais si heureux de ce moment totalement fou.

    Merci Tit Poussin adoré pour m’avoir donner ces si douces et belles envies. Je ne me rappelle pas avoir joui aussi fortement. Que ce fut merveilleux et puissant.

    Je sais que je pourrais coucher avec Toi pour cela tu devines bien avec son accord et sa présence pour nous accompagner dans un de nos plus somptueux triolisme...NOUS T'AIMONS.

    Tit Poussin, savoure ce texte écrit avec TA plume que je tiens fort et trempe dans ma cyprine.

     

    http://angebleue68.a.n.pic.centerblog.net/78db704c.gif

    Mon Roudoudou d'Amour

    Cet après midi tu as voulu que nous nous retrouvions sur Skype pour lire ensemble ce sublime texte que tu viens d'écrire. Nous en avons beaucoup parlé.

    Au delà du fait qu'il est très jouissif (et tu sais que tout à l'heure sous la douche tu viendras me rejoindre) il m'a beaucoup troublé et même ému. Ah si j'étais libre.....!!!!

    Avec Chlo nous avions dit que certains textes ne méritaient aucune photo se suffisant à eux même.

    Ce texte que tu viens d'écrire après l'avoir vécu en est la parfaite illustration l'Amour qui s'en dégage est la plus belle des photos.

    Notre relation devient de jour en jour plus forte, plus intense il est difficile d'exprimer ici tout ce qu'elle représente, et si tu voyais mes yeux en ce moment tu pourrais y  lire tout cet Amour que je ressens et que je vous offre. 

    Tu m'as fait deux beaux cadeaux aujourd'hui: ce texte et un certain passage et puis tu m'as offert quelque chose que tu me refusais jusqu'à maintenant....tu es toute à moi. Merci à Chlo de t'avoir amené jusque là.

    Ce soir vous allez vous retrouver via internet et vous allez jouir surement en relisant ce texte, je serai avec Vous.

    Mes Amours je vous serre très très fort dans mes bras, sentez comme mon cœur bat pour Vous

    Mille Baisers, ceux d'un homme qui vous Aime.

    Jouissez mes Amours, jouissez.

    Une envie des plus folles.

     

     

     

     

     

     

    « L’Amour du gland et de sa noisette.Le maître queux ou coq. »
  • Commentaires

    1
    Vendredi 7 Avril à 13:40
    Chers Amis,

    Je suis toujours nos blogs. Cette communauté, je l’ai vu naître. Elle a pris forme par la publication d’un certain récit (aveu) qui a bouleversé des vies établies. « a bouleversé des vies » ne sont d’ailleurs pas les bons mots, je devrais dire : « a donné une autre orientation à nos vies » puisque tout s’est ensuite enchaîné pour arriver enfin à ce merveilleux équilibre. En effet, 2016, a apporté son lot de changements bénéfiques puisque chacune, chacun a trouvé sa place. Il faudrait que je publie ce fameux récit et que j’en explique les prolongements. Cela viendra peut-être, depuis le temps.
    Le net a cela de bien, il nous rapproche et permet de longues conversations salutaires faites pour se rassurer ou demander quelques conseils.

    Chère Maud,
    Je vais revenir sur ce magnifique texte pour en savoir un peu plus.
    Est-ce un texte nostalgique, déclaratif, un vœu, un appel? Est-ce une question qui te taraude ou qui taraude Chloé. Je pense que derrière ces mots se cachent des interrogations, des non-dits. Je peux me tromper. Je sais que tous les trois, même tous les cinq, vous êtes arrivés à une maîtrise de votre mental qui, seule, vous permet les dépassements de vous-même au niveau de la puissance de vos orgasmes. Le texte non publié de Chloé en témoigne d’une belle manière d’ailleurs. Oui, vous avez raison de dire que seul le mental est le chef d’orchestre de cette violence. Un ou une frustré(e) est synonyme de mal-baisé(e) et ne trouvera jamais une plénitude dans le coït ou la masturbation assistée ou solitaire.
    Le lien entre vous tous est devenu fusionnel. Christian est certainement très attentif a cela étant le seul qui ne puisse partager cela avec un entourage autre. Sa « capture » mentale est donc prioritaire. Il le dit lui-même et nous ne pouvons croire qu’en sa sincérité.
    Je ne pensais pas que Chloé t’emporterait si loin dans un questionnement profond : cet appel à enfanter. Elle est très habile et je ne la soupçonne pas de manipulation puisque je sais que vous en parlez beaucoup entre vous surtout en ayant vu les grossesses de Candi et Marisa.
    Je me permets donc de vous conseiller de bien réfléchir, car ce texte qui est très émotionnel peut être lu de différentes façons. J’en reviens donc à mes premières questions. Je n’ai toujours pas eu la réponse à cette grande question :  «  Est-il égoïste d’avoir ou de ne pas avoir d’enfants? »
    Ce texte n’est-il qu’une capture mentale envers Christian des plus fortes (voir sa réaction ci-dessus) lui prouvant qu’il tient la place la plus importante et exclusive dans votre relation complémentaire à votre vie de tous les jours, ce complément INDISPENSABLE, au respect du jardin secret que devrait avoir tout être, qui, seul, permet le bien-être et qui me rend très heureuse, car je suis la première à défendre cette liberté OU BIEN ce texte est-il un appel ?
    Je tenais à émettre ces questions.
    Je me mets à la place de Christian. Il a compris que votre compagnie « mentale » lui apportait du bien-être habillant sa vie parallèle comme tout être a le droit au sein du couple de le faire, l'autre devant respecter cette liberté même si elle conduit à des masturbations solitaires.

    Cher Christian,
    Juste un petit clin d’œil amusé. Je relève juste cette phrase : « Ah si j'étais libre.....!!!! » Attention, Christian, il pourrait y avoir de la frustration. Tu ne peux pas dire cela, ton mental te l’interdit et tu dériverais maladivement si tu allais dans ce sens. Il faut que tu restes dans le cheminement mental de cette belle relation où Chloé a réussi à te « fixer », t’atteindre émotionnellement à travers son Amour très fort pour Maud et donc envers toi. Tu es aussi son Amour mental et tu ne peux qu’y vivre ainsi. Je sais vraiment qu'elle est sincère et grâce à ce fonctionnement, t'incluant, elle a atteint sa plénitude, son équilibre.

    Bisous à vous mes quatre « filles » et bises à toi, Christian. Je vais bien et suis très heureuse avec Aimy qui vous embrasse aussi. Yves et Méliane te passent aussi le bonjour, cher Ami.

    2
    Vendredi 7 Avril à 14:00
    Chère Aimy
    Je viens de te lire à l'instant et je tiens à dissiper un malentendu au sujet de cette phrase que j'ai écrit "ah! si j'étais libre" Il n'y a aucune frustration de ma part et je tiens par dessus tout à ma femme. Je ne mélange rien, je sais où est ma place, il n'y a aucune déviation ni superposition. Je voulais simplement dire que si j'étais libre, ce bébé serait vraiment un plaisir et un honneur pour moi. Je sais aussi que ce bébé Chlo le réclame autant que Maud. Nous en avons parlé. Je connais très bien ce manque. Avoir un enfant se réfléchit, se murit ce n'est pas simple mais comme tu dis si bien " Est-il égoïste d’avoir ou de ne pas avoir d’enfants? » Moi qui ai 4 enfants je n'ai pas non plus la réponse. C'est un vaste débat!!!
    Oui cette relation est allé très loin et je m'en félicite. Je suis heureux d'avoir rencontré Chlo et surtout qu'elle ait bien voulu me garder. Je vis cette seconde vie d'une façon extraordinaire. Elle m'est devenue indispensable et j'AIME vraiment. Mais encore une fois il n'y a aucune crainte rien ne se mélange dans mon mental.
    Je suis content de vous savoir heureuses, heureux toutes et tous depuis tous ces bouleversements de l'année dernière. Tout le monde a trouvé son équilibre moi y compris.
    Chère Flore ça me fait vraiment plaisir d'avoir de tes, vos, nouvelles.
    Je vous embrasse affectueusement à toutes et une grande poignée de main à Yatho.
    Christian
    3
    Vendredi 7 Avril à 14:09
    Oui j'avais bien vu d'ailleurs j'ai commencé par Chère Aimy et j'ai fini par Chère Flore LOL!!!! bises
    4
    Vendredi 7 Avril à 14:09
    Non c'est Flore (rires) mais peu importe nous ne faisons qu'une.
    Je ne doute pas un seul instant de ce que tu dis. C'était aussi pour te faire réagir et tu confirmes bien qu'il y a dans tout être la possibilité de cultiver son jardin secret pour faire fuir toute monotonie toute frustration qui sont souvent liées au déclin de certains couples. Comme tu dis sur ton propre blog: "Oh que oui il y en a des malades sur ce net du cul!"
    Bises de nous deux.

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Vous devez être connecté pour commenter